Jean-Marc Thibault

Mr Jean-Marc Thibault
24/08/1923 - Saint-Bris-le-Vineux - France
28/05/2017 - Marseille - France

Inscription Connexion

Inscrivez vousouconnectez vouspour créer ou rejoindre un mémorial

Epitaphe :

Fils de Gaston Thibault, cuisinier, et de Louise Silventon, il fait ses études secondaires au lycée Voltaire à Paris1. Après le cours Simon, Jean-Marc Thibault fait ses classes dans les bals musettes. Il joue aussi des sketches dans les cabarets : Sa première apparition au cinéma a lieu en 1944 dans Premier de cordée de Louis Daquin.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il forme avec Roger Pierre un duo comique qui dure plusieurs décennies et se produit notamment dans des émissions de télévision populaires comme 36 chandelles présenté par Jean Nohain, puis dans celles de Maritie et Gilbert Carpentier. Cette association donne naissance à d'innombrables spectacles et à cinq longs métrages : La vie est belle, en 1956, Vive les vacances, en 1958, Les Motards, en 1959 (avec également Francis Blanche), Un cheval pour deux, en 1961, et Faites donc plaisir aux amis en 1969. Habitué des comédies populaires, Jean-Marc Thibault tourne notamment, en 1955, dans Les Assassins du dimanche d'Alex Joffé, Les Baratineurs, en 1965, de Francis Rigaud. Plus tard, en 1978, Yves Boisset l'engage dans La Femme flic, aux côtés de Miou-Miou, et Jean Marbœuf pour Vaudeville.

Roger Pierre et Jean-Marc Thibault ont régulièrement présenté l'émission Les Grands Enfants diffusée de 1967 à 1970, émission de divertissement à laquelle ont participé un grand nombre d'humoristes de l'époque : Jacqueline Maillan, Jean Poiret, Michel Serrault, Jacques Martin, Sophie Desmarets, Roger Carel, Francis Blanche, Jean Yanne, Maurice Biraud et Marcel Amont.

De 1985 à 1993, Jean-Marc Thibault se consacre à la télévision, où il joue notamment dans la série télévisée à succès Maguy, qui se déroule au « Vézinet », pour faire allusion à la ville du Vésinet dans les Yvelines mais où la série n'a jamais été tournée, avec, entre autres, Rosy Varte et Marthe Villalonga, mais aussi dans La Tête en l'air, dont le scénario est écrit par son épouse, Sophie Agacinski.

Le comédien revient au cinéma en 2001 avec deux longs métrages : De l'amour de Jean-François Richet et Vidocq de Pitof. Puis, en 2002, il tourne dans Féroce de Gilles de Maistre aux côtés de Samy Naceri, film qui dénonce la montée de l'extrême droite française, et enchaîne téléfilms sur téléfilms (quatre pour la seule année 2003). Son comparse de toujours, Roger Pierre, qui était son cadet de six jours, est mort à l'âge de 86 ans le 23 janvier 2010.

Il meurt le 28 mai 2017 à l'âge de 93 ans.

Mémorial standard (0.2%)

Visiteurs : 1 visiteur actuellement, 414 visites au total

Condoléances publiées